Salut Internet ! C’est une question que vous avez dû vous poser si vous connaissez un peu la Chine : Pourquoi Sun Yat-Sen est-il un respecté en Chine ET à Taiwan ?

En effet, Sun Yat-Sen est reconnu comme figure emblématique de la République Populaire de Chine (la “Chine”) mais aussi de la République de Chine (l’île de Taiwan).

Comment ces deux ennemis historique peuvent-ils s’accorder sur la valeur d’un homme ?

Qui est Sun Yat-sen ?

C’est peut-être la première question à laquelle il faut répondre si vous voulez comprendre cet enjeu. Si vous avez voyagé en Chine et à Taïwan, vous avez dû remarquer un nombre conséquent de monument à la mémoire de Sun Yat-Sen. Pourtant ces deux pays s’oppose sur toutes les décisions possibles à cause de leur passé “conflictuel”, mais s’accorde sur l’importance de Sun Yat-Sen dans la création de la “Chine Moderne”.

Le mausolée de Sun Yat-Sen à Taipei, Taîwan

Sun Yat-Sen est un homme politique Chinois né en 1866 dans la province de Guangdong au Sud. Il fera ses études de médecine à Hawai et Hong Kong, le rapprochant du système économique et politique américain. Devenant fervent défenseur du système politique démocratique et économique, il entre rapidement en opposition avec la Dynastie Qing, l’empire en place en Chine.

Malheureusement, près plusieurs tentatives ratées pour renverser le pouvoir en place, Sun Yat-Sen est exilé au Japon puis aux États-Unis.

La fondation de la République de Chine

En octobre 1911, lors de la révolution à Wuchang qui renverse la dynastie Qing, Sun Yat-Sen est aux États-Unis. Il ne prend donc pas part à la révolution qui mettra un terme à la longue tradition des empereurs en Chine. Lorsqu’il entend la nouvelle, il rentre en Chine et est alors élu Premier Président de la République de Chine en 1912. Sa personnalité et son histoire font de lui le candidat idéal pour rassembler les peuples de Chine au sein d’un même système.

Membre fondateur du Kuomintang, les légendes autour de Sun Yat-Sen accentueront son implication dans la révolution de 1911, bien que les faits soient réfutés par les historiens.

La République de Chine est alors fondée sous l’égide de Sun Yat-Sen qui unifie les 5 peuples majeurs de Chine : les Hans, les Mandchous, les Mongols, les Huis et les Tibétains.

Chacune des bandes représente la “couleur” d’un des peuples

Nankin (Nanjing) devient alors la capitale de la République de Chine et le gouvernement s’y installe.

L’évolution de la République de Chine

De 1912 à 1949, date de la guerre civile chinoise et victoire du Parti Communiste Chinois (PCC) sur le Kuomintang, la vie n’est pas un long fleuve tranquille.

Alors récemment nommé président, Sun Yat-Sen doit diriger un pays en pleine guerre civile dans lequel des seigneurs de guerre imposent leurs lois au Nord.

Entre guerre et trahison, Sun Yat-Sen et le Kuomintang seront obligés de s’exiler brièvement à Tokyo de 1913 à 1917. Il revient donc avec l’intention d’unifier durablement le pays. Il crée l’Académie Militaire de Huangpu, à Canton, à laquelle il nomme un certain Tchang Kai-Chek.

La 3ème photo est le mémorial de Sun Yat-Sen à Guangzhou à Canton, dans sa province natale.

La République de Chine réalise alors que l’unification du pays ne passera que par la conquête militaire des territoires du Nord, encore dirigés par les seigneurs de guerre. Il tentera plusieurs négociations pour des traités de paix avec les territoires du Nord jusqu’en 1925, date à laquelle il meurt d’un cancer en se rendant à Pékin.

Anecdote : Sa dépouille est ramenée à Nankin pour l’entreposer dans un mausolée, crée par un Français, Paul Landowski.

Abraham Lincoln n’a qu’à bien se tenir.

Quel est le rapport avec Taiwan ?

Sun Yat-Sen décède en 1925, donc quel est le rapport avec Taiwan (1949) ? La division entre la Chine Continentale et Taiwan n’intervient qu’en 1949, 24 ans après le décès du père de la Chine Moderne.

Tchang Kai-Chek prend alors la tête du Kuomintang et devient commandeur en Chef de l’Armée nationale révolutionnaire. Cependant, il a une vision un peu moins “pacifiste” de l’unification du pays et fait la guerre ouvertement aux seigneurs de guerre du Nord. Alors que Sun Yat-Sen tentait des alliances et des traités de paix, Thang Kai-Chek est résolu : La paix ne s’obtiendra pas en s’alliant au parti communiste chinois ou aux tyrans du Nord. Après un mariage stratégique avec la belle-soeur de Sun Yat-Sen et quelques complications, Tchang Kai-Chek met enfin la main sur Pékin en 1928. Il devient alors le dirigeant d’une Chine unifiée.

Tchang Kai-Chek devient le président du gouvernement central de la République de Chine, fait de Nankin (Nanjing) la capitale du pays et met en place un régime dictatorial…

Le pays n’est pourtant pas en paix et Tchang Kai-Chek doit continuer la guerre contre les factions rivales au sein du Kuomintang et contre le parti communiste chinois. 9 ans plus tard, les Japonais envahissent la Chine et c’est le début de la guerre Sino-Japonaise, puis de la Seconde Guerre Mondiale.

La “fondation” de Taïwan

Malheureusement, en 1945, le Kuomintang est affaibli et l’influence communiste soviétique grandi. Un homme, Mao Zedong, se dresse en tant que leader du parti communiste et en 1949 force le Kuomintang à quitter la Chine continentale. C’est alors que la République de Chine s’exile à Taïwan, et que naît la République Populaire de Chine.

La victoire du parti communiste chinois n’est pas totale et elle laisse la République de Chine s’installer à Taïwan. Pour la première fois de l’histoire, il y a officiellement deux “Chine”.

Chang Kai-Chek restera à la tête de la République de Chine jusqu’à sa mort en 1975. Malgré sa dictature, il marquera l’essor de Taïwan grâce à une forte croissance économique et notamment l’ouverture sur le commerce mondial pour la petite île.

En 1978, son fils, Chang Ching-Kuo deviendra à son tour président de la République de Chine, mais lancera la démocratisation du régime. Il éloignera la République de Chine de la dictature de son père et marquera la forte disparité entre la République Populaire de Chine, au régime dictatorial, et la République de Chine, devenant une démocratie.

Et cet article s’est un peu éloigné du sujet de base à savoir “Pourquoi Sun Yat-Sen est vénéré en Chine ET à Taiwan ?”

Le côté “pervers” du statut de Sun Yat-Sen

Cependant, le statut de Sun Yat-Sen souffre d’une dimension malsaine. Alors qu’il représente le point de départ des deux régimes chinois actuels, il aurait pu être l’origine de la réconciliation. Passé commun, ennemi commun : amis.

Les deux pays vantent son héroïsme et sa lutte pour l’unification d’une Chine. Mais au lieu de simplement rendre hommage à sa mémoire, le Parti Communiste Chinois, par des tournures de phrase sournoises, sous-entend que la Chine n’a jamais été divisé et que Taïwan a toujours fait partie du Parti Communiste Chinois. Reniant alors leur patrimoine, leur histoire et leur valeurs, le Parti Communiste Chinois sape 70 ans d’histoire de l’île de Taïwan.

Dans une tournure, plutôt habile il faut l’admettre, le PCC met en avant la motivation principale de Sun Yat-Sen d’unir les peuples de Chine : “nous ne laisserons jamais aucun individu, organisation ou parti politique séparer une quelconque fraction du territoire chinois du reste de la nation”

Laissant sous entendre que Taiwan a toujours appartenu au PCC et que le reste du monde n’a pas le droit de dire que Taiwan est un pays à part entière, impliquant donc que c’est le reste du monde qui vient diviser la Chine.

C’est ce qu’on appelle une Masterclass de manipulation par les mots.

Alors qu’elle aurait pu rassembler, la figure paternaliste de Sun Yat-Sen a été imposé comme symbole du conflit éternel entre la Chine et Taiwan. Conflit envenimé par la mauvaise foi et la manipulation sur le dos d’un père qui avait tout pour rassembler des frères ennemis.

Alors qu’il est mort pour unifier un continent, l’héritage de Sun Yat-Sen marque la fracture sociale la plus controversée et le sujet diplomatique le plus dangereux du XXᵉ et XXIᵉ siècle.

Si ce sujet diplomatique vous intéresse :

Conclusion

Pourquoi Sun Yat-Sen est respecté en Chine ET à Taiwan ?

En République Populaire de Chine (Chine), il est loué pour son unification du territoire, son nationalisme et son opposition à l’impérialisme. Il est l’homme qui a libéré la Chine de la tyrannie des empereurs.

Tandis qu’en République de Chine (Taïwan), Sun Yat-Sen est vénéré pour avoir fondé la République de Chine, installée à Taiwan, et s’être battu contre le parti communisme Chinois et l’impérialisme des Dynasties de Chine.

Pour faire simple, les deux camps rendent hommage au même homme pour des raisons différentes. L’un rend hommage à celui qu’il a été a ses débuts, et l’autres rend hommage à celui qu’il est resté jusqu’à sa mort.


Pour en savoir plus :


D’autres envies de voyages ? N’hésitez pas à consulter ces guides :

À lire aussi sur Pérégrination vers l’Est :