En 2050, 60 millions d’hommes chinois ne trouveront pas de femmes. Cela est dû à l’excédent de population masculine qu’a généré la politique de l’enfant unique en Chine, entre son lancement dans les années 1980 et sa fin en 2016.

Qu’est-ce que la politique de l’enfant unique ?

La Politique de l’enfant unique, aussi connu sous le nom de politique de planification des naissances est une politique mise en place par le gouvernement chinois dans les années 1980.

Conçu pour limiter le nombre de naissances par famille dans une Chine est expansion folle, cette politique s’est manifestée par des sanctions financière et sociales sur les familles outrepassant la loi. Appliquée seulement à la majorité Han, constituant 92 % de la population totale chinoise, cette politique ne limitait pas les autres minorités du pays, alors très largement sous représentés parmi la population.

Les raisons de la politique de l’enfant unique en Chine

Depuis 1949, la fulgurante croissance chinoise entraine une très forte hausse du nombre de naissances. Une forme de baby-boom de longue durée. Pendant près de 30 ans, le taux de naissance explose en Chine, atteignant alors 5,75 enfants par femmes. Préoccupé par les conséquences que cela peut avoir dans un futur proche, le gouvernement anticipe et décide de limiter le taux de natalité.

Cela se traduit alors par une première politique de contrôle des naissances, en 1970. Cette mesure s’avère très efficace et permet de réduire le nombre d’enfants par femmes de 5,75 à 2,75. Cependant, le gouvernement décide de mettre en place une seconde politique de contrôle des naissances, la fameuse politique de l’enfant unique. Cependant, aux vues des résultats de la première politique de contrôle des naissances, il est légitime de se questionner sur la nécessité de la politique de l’enfant unique de 1979.

La politique de l’enfant unique en Chine trouve ses explications dans les théories malthusiennes de la peur d’une surpopulation. La population se développant plus rapidement que son niveau de ressources, il est donc nécessaire de limiter cette croissance pour éviter de futures catastrophes sociales. La seconde explication provient aussi de l’idéologie de Deng Xiaoping, qui souhaitaient se concentrer sur l’augmentation du niveau de vie de la population actuelle plutôt qu’un fort accroissement de la population. Limiter le nombre d’enfants permettant alors d’allouer l’ensemble des ressources à une partie plus faible de la population.

“Le planning familial doit servir et être subordonné à la tâche centrale du développement économique

Déclaration du gouvernement chinois, 1995

La fin de la politique de l’enfant unique en Chine

Le gouvernement chinois a annoncé la fin de la politique de l’enfant unique en Chine le 29 octobre 2015, à l’occasion du 5ème Plénum du comité du PCC. À partir du 1 janvier 2016, tous les couples de parents chinois ont été autorisé à avoir un second enfant. Cependant, cette modification de la politique de l’enfant unique n’est en réalité pas la seule.

En effet, en 2013, le gouvernement avait déjà assoupli la politique de planification des naissances en autorisant les couples à avoir un deuxième enfant si le premier était une fille, et que les deux parents étaient eux-aussi enfants uniques.

Après près de 30 ans de politique de l’enfant unique, on estime que 400 millions de naissances ont été évités, permettant alors au gouvernement chinois de se concentrer sur le développement économique de son pays, et non plus sur la démographie, faisant de la Chine la super puissance qu’elle est aujourd’hui. Cependant, cette politique de l’enfant unique en Chine ne fait pas l’unanimité, puisqu’elle a apporté son lot d’effets secondaires.

Les effets indésirables de la politique de l’enfant unique

Malheureusement, une maitrise si drastique du taux de natalité d’un pays aussi grand que la Chine a rapidement des conséquences indésirables.

Tout d’abord, après un fort taux de naissances pendant plusieurs décennies, la coupure brusque de ce rythme entraine un fort vieillissement de la population. On estime qu’en 2050, la population des seniors pourrait atteindre les 495 millions d’individus en Chine, soit près d’un tiers de la population totale chinoise estimée à cette période.

Les jeunes générations auront alors le poids des anciennes générations sur leur épaules, à supporter par le biais de taxes ou simplement entretient personnel au quotidien. Bien que cette part croissante de la population des seniors soient une menace concrète pour le pays, certaines entreprises telles que HiNounou y ont vu une opportunité pour leur business.

Ensuite, cette régulation de la population et du nombre d’enfants a aussi impacté la répartition des genres dans la société. En effet, la Chine accorde plus d’importance à un enfant de sexe masculin qui permet ainsi de perpétrer le nom de famille et prendre soin de ses parents en restant vivre dans le foyer familial. C’est donc pour cela que le nombre d’enfants de sexe masculin s’est retrouvé renforcé par cette politique. On estime le déséquilibre actuel des genres en chine à 117 hommes pour 100 femmes, représentant finalement 30 millions d’hommes incapables de trouver une femme.

Enfin, cette politique de l’enfant unique, qui limite un foyer à un enfant par couple, a engendré une génération de petits chinois enfants-roi. En effet, pour chaque enfant chinois, 6 adultes ne vivaient que pour lui, lui assurant santé et bonheur pour qu’il puisse vivre longtemps et perpétrer le nom de famille. Les deux parents, ainsi que leurs parents respectifs étaient donc dédiés à l’éducation de l’enfant.

Vivant dans l’abondance permanente et une attention particulière à sa personne, l’enfant-roi n’avait donc jamais vécu de refus ou compétition dans son quotidien. Il est donc possible de rencontrer des adultes chinois, trentenaire, incapable de comprendre qu’on puisse leur dire « non ». Cela pose aussi un problème au moment de l’arrivée sur le marché de l’emploi. De nombreux chinois, habitués à vivre comme des rois ont alors dû aller trouver du travail sans jamais en avoir éprouvé le besoin, ni la motivation puisque jusque-là tout leur était déjà acquis sans qu’il ait besoin d’intervenir.

Conclusion

Partie d’une prévision pertinente du gouvernement, la politique de l’enfant unique en Chine a permis l’incroyable croissance économique chinoise depuis ces dernières décennies. Maintenant élevé au rang de super puissance et second pays le plus influent, la Chine a mis un terme à 30 ans de planification des natalités en janvier 2016.

Cependant, à la vue des conséquences indésirables d’une telle politique (vieillissement important de la population, déséquilibre des genres etc…) il est possible de se demander si cette politique n’a pas été appliquée trop longtemps, ou de manière trop brusque lors de son implémentation.

Il est d’ailleurs assez ironique de noter que cette politique de l’enfant unique et ses conséquences sont à l’origine du plus gros festival e-commerce mondial, puisque le Singles Day était tout d’abord célébré par les célibataires de Nanjing.

Enfin, puisqu’il y a plus d’hommes que de femmes, quelle est donc l’origine du phénomène des left-overs women en Chine ?


Écouter mon dernier podcast sur Spotify :

À lire aussi sur Pérégrination vers l’Est :